dimanche 8 février 2009

One night, two nights, three nights

Le bruit de mes pas résonnant sur les pavés durs, les trottoires lisses, les parquets abîmés, les carreaux fissurés. L'air frais du vent dans mes cheveux mouillés. La lumière du soleil ôtant leurs ombres aux êtres humains. On reprend. Vite le temps presse.
Posté par Aletheia à 08:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 6 février 2009

Thig.

Comment oses tu? Tu joues à ce jeu qui m'est infect. Le dégoût atroce de ta haine. Toi mon double, oui parce que tu es mon double, qu'importe tout ça. Toi qui as tué mes idéaux sur l'amour, sur l'affection, bref sur toute forme d'amour qui me laisse comme une loque, là comme ça, à la merci de ta haine. A devoir accepter tous tes choix, même celui que tu m'offres à présent. Voulant mon bonheur et mon malheur à la fois. Quel paradoxe es tu? Quel paradoxe suis je? Les gens qui nous observent nous traitent ainsi. Deux paradoxes qui savent... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 02:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 5 février 2009

Fjólublár

Posté par Aletheia à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 4 février 2009

*Grænn*

Posté par Aletheia à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 février 2009

Well

Il y a des fois où les erreurs de compréhension et même les erreurs que vous faites dans la vie provoquent des bizarreries, des douleurs. Puis surgit un problème de santé qui vous force à penser à vous mais vous ne pensez pas à vous. Et vous commencez à penser à vous. Et la douleur revient. Elle ouvre des plaies infernales, inconnues. Vous ressentez quelque chose de méconnu et la fois suivante, c'est pire. Et elle passe. Comme tout. Mais elle reviendra. Comme tout. Up and Down.
Posté par Aletheia à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]