dimanche 8 février 2009

One night, two nights, three nights

Le bruit de mes pas résonnant sur les pavés durs, les trottoires lisses, les parquets abîmés, les carreaux fissurés. L'air frais du vent dans mes cheveux mouillés. La lumière du soleil ôtant leurs ombres aux êtres humains. On reprend. Vite le temps presse.
Posté par Aletheia à 08:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 11 janvier 2009

Midnight's sharing

°*°*° White lights, would you say white lights? Little by little, they began to lose their blood. That's why they're white. A bloodish light in this street. Moon is behind, hidding, looking back at her sometimes. Her suffering is too painful. She doesn't dare to stare at it properly. What do you want to do with this? How do you want to think or sink.. (it depends of what you hear or the way you pronounce it). Bloodish lights' sounds. Shrill noises. Where are you? What is this street? Murders seem casual, memories are just... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 1 janvier 2009

Unknown pleasures

Two bodies in the dark. Look at them. Linked together, they unleash slowly or fast, it depends of what you see. Against what? The swallow of this skin. Nice undressed dress miss. In their head maybe the restlessness. Pink candy floss clouds in this dark? Memory of some unknown past. These clouds are in these skins now, they can't clean them. Moving, moving, moving. This hand without memory. Their shapes move without understanding. No words please, just movements. This pleasure is weird... I don't recognize it. Unknown pleasures would... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 19:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 11 novembre 2008

Multiplicité

20 décembre 2014.Dans ma rue mais pas moi. Dans le corps d'un autre. Des mains rugueuses, cheveux courts. Je poursuis des tâches de sang sur le sol.. les miennes? Une femme aux cheveux roux apparaît pour me dire de les suivre. Qu'elles m'apporteront quelque chose. Jusqu'à mon appartement je croise des chats noirs, dont C. disparu il y a bien longtemps qui me regarde d'un air angoissant avec ses yeux dorés. J'avance difficilement jusqu'à ma porte, qui n'est pas réellement ma porte. Non, je ne vois pas le numéro 39 s'afficher. C'est un... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 1 novembre 2008

Take it

Un endroit ensoleillé, un désert, une chaleur torride. Lui en face de moi, encore cette image de western. Reconnaissable entre mille. Les cheveux blancs, c'est sûrement ça. Ses yeux gris devenus noirs m'observent. Un sang propre, comme disent certains. Puis il dégaine et me tire dessus avec son... merde je ne sais plus comment ça s'appelle. D'abord sur le genou, puis la cheville, le poignet, le coude, l'épaule, le cou.. Les articulations évidemment. A chaque coup je fais un bond mais ne m'effondre pas. J'ai plutôt l'air d'un pantin... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 octobre 2008

Délirium

Un opéra à feu et à sang. Plus à feux qu'à sang ou plus à sang qu'à feu? Des lambeaux de peau giclent sur les murs de velours. Il s'y mêlent, s'y enfoncent pourtant le fantôme reste intraçable. Pas d'air pur ou asphyxié pour le laisser s'échapper. Mords le, transperce le. Mais où est-il? Dévore son coup semi-opaque ou son cou opaque semi. L'encre noire ne le cloue que momentanément sur place. Dépêche toi donc. Quelle couleur la peau déjà? Blanche comme neige, un cliché bien sûr. Des feuilles se mêlent au sang. Leurs yeux orangent... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 18:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 5 octobre 2008

- Oui m'sieur!

Ma première fois à la laverie (une machine qui fait des tours, ça m'hyptotyse.. tise assez je dois dire). "Moi les dix premières fois, je n'ai pas décollé les yeux de la machine!". Les amoureux de Goldoni au Théâtre du Nord. Mes yeux brillent encore devant le jeu d'Eugenia. F. dit que je ressemble un peu à Eugenia, déjà d'une parce que je danse un peu comme une folle et surtout parce que je me mets à criser pour un rien lorsque je n'ai ni message/une reflexion bizarre/une reflexion agréable/une seconde d'inattention de sa... [Lire la suite]
Posté par Aletheia à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 3 août 2008

C'est

La rage de la mélancolie et du code à décoder, le comportement abyssal de l'animal blessé, l'instinct de survie qui ressurgit, les yeux vides et pleins. En amour.
Posté par Aletheia à 14:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 4 juillet 2008

Personne!

- Mais si tout le monde regarde s'il y a de la vaisselle sur le site de carrefour à 0h20 du matin! - Minuit vingt du matin ça se dit pas..
Posté par Aletheia à 00:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]